NOS CONVICTIONS


  For english version, click here

La gestion intégrée des eaux pluviales, de plus en plus fréquemment abordée dans les projets d’aménagement, ne se résume pas à une philosophie ou une contrainte technique supplémentaire ; il d’agit d’une vraie démarche de projet qui impact fortement à la baisse les coûts d’investissement, les coûts d’entretien, les consommations d’espaces, tout en améliorant l’efficacité des dispositifs techniques face à la répétition des épisodes pluvieux.

Pour mieux comprendre la gestion intégrée des eaux pluviales, il convient de « revenir » à la gestion alternative des eaux pluviales. La gestion alternative des eaux pluviales est un concept initié dans les années 90 en opposition avec la gestion traditionnelle des eaux pluviales par canalisations et rejet à débit instantané.

 

Un peu d’histoire

Les techniques alternatives (sous-entendues par opposition aux techniques traditionnelles) étaient un premier pas indispensable vers la non-aggravation des ruissellements. Cela étant, les techniques alternatives seules aboutissent à des réalisations contrastées, car il s’agit avant tout d’obligations de résultats que l’on retrouve dans les règlements d’assainissement à travers des prescriptions de type X L/s/ha.

Dans ce concept de jolis projets sont apparus, très paysagers, mais le plus souvent « techniquement fragiles » puisque les espaces verts baptisés par exemple coulées vertes, corridors écologiques, … étaient davantage justifiés par la nécessité de stocker les eaux pluviales que pour leur fonction première : l’espace vert. De plus, ces espaces sont alimentés par des réseaux de noues de transit qui, en fait, se comportent comme des canalisations à ciel ouvert. Il s’agit uniquement d’amener les eaux d’un point à un autre (de la parcelle à la coulée verte). Dès lors, l’infiltration dans les noues est quasi inexistante au regard des temps de transit.

 

Les limites des techniques traditionnelles

Le transit génère des surcoûts comme les busages en traversée de voirie, comme le passage au niveau des entrées. Il pose le problème des pollutions chroniques qui, elles aussi, transitent vers l’exutoire. La gestion à la parcelle minimaliste, c'est-à-dire un stockage pour un épisode pluvieux de référence et une surverse, pose de nombreux problèmes techniques puisque la surverse ne se situe pas forcément au niveau du domaine public, les terrains pouvant être pentés à l’opposé du domaine public. Les concepteurs sont, dans ces cas de figure, obligés de surcreuser les noues pour favoriser les raccordements du domaine privé, et mettent en place des dispositifs contraignants en termes d’entretien et même assez peu pérennes.

Les contraintes techniques exposées précédemment s’accompagnent également de contraintes d’ordre pragmatique. En effet, toutes évolutions de programme comme l’augmentation des densités, les modifications des parcellaires, nécessitent une reprise des calculs puisque les volumes transités sont notoirement différents et les débits transités également. Dans l’aménagement, les exutoires doivent être créés dès le début, soit des surcoûts d’investissement pour les premières tranches de travaux mais aussi des conséquences en termes d’exploitation.

 

Et sur le domaine privé ?

La gestion des eaux pluviales du domaine privatif est prise en compte, le plus souvent, par surverse au-delà d’un épisode pluvieux de référence, par exemple 10 ans. En conséquence, les eaux pluviales issues du domaine privé doivent être stockées sur le domaine public. Celui-ci ne pouvant absorber ces apports du domaine privé, il y a un transit vers des ouvrages plus conséquents de type coulées vertes.

Dès lors, la gestion à la parcelle est une priorité d’INFRA Services qui a souhaité offrir à ses clients un dispositif technique qui permet de répondre à toutes les inquiétudes portant essentiellement sur : la pérennité des ouvrages, le coût, l’encombrement et le contrôle. C’est dans ce contexte que les Echelles d’eau ont été créées, brevetées puis commercialisées par EFOH. Il s’agit d’une réponse technique spécifique à une problématique globale d’aménagement développée par INFRA Services depuis 30 ans.